La biodiversité assez faible à Bruxelles

BLOG  mardi 4 avril 2017 R.

En 2016, l’entreprise Beeodiversity a utilisé près de 50.000 abeilles pour étudier la zone bruxelloise. Ce projet innovant avait pour objectif de dresser un état des lieux de la biodiversité bruxelloise sur base des échantillons de pollen et nectar récoltés par les abeilles. Beeodiversity a présenté les résultats de l’étude.

Afin d’établir un état des lieux de la pollution et de la biodiversité bruxelloise, l’entreprise engagée Beeodiversity lançait en 2016 une étude exploratrice basée sur le déploiement d’abeilles domestiques. Organisée de mai à août 2016, cette étude a nécessité le déploiement de près de 50.000 abeilles sur des rayons de 1,5 km au nord, au sud, à l’est, à l’ouest et au centre de Bruxelles.
Les pollinisateurs ont ainsi ramené au sein de la ruche de nombreux échantillons de pollen et nectar provenant de 4 milliards de plantes. Ces données ont ensuite été traitées pour analyser la quantité de métaux lourds et de pesticides présente dans les plantes et définir les mesures d’amélioration ciblées à entreprendre aussi bien pour l’environnement à Bruxelles que pour notre santé.
Risque sanitaire
Six métaux (plomb, zinc, arsenic, chrome, cuivre, cadium) figurent dans les échantillons récupérés. Il apparaît que les limites maximales de résidus pour la concentration humaine en plomb dépassaient les valeurs limites dans le centre et le nord de Bruxelles de juillet à août 2016, ce qui constitue un risque sanitaire.
De fortes concentrations d’arsenic et de chrome apparaissent également au centre et au nord de Bruxelles sans pour autant dépasser les limites de concentration. Les pesticides sont particulièrement présents dans l’ouest et au centre de Bruxelles. « Nous avons pu observer dans les échantillons 3 types de pesticides aux mois de mai et juin et 7 pesticides, dont un non autorisé à la vente en raison de sa toxicité, aux mois de juillet et août », Michaël Van Cutsem, le gérant de beeodiversité.
De mai à juin, les collectes d’abeilles ont permis de déterminer la présence de 32 espèces de plantes provenant de 22 familles à Bruxelles avec six pollens majoritaires (sorbier, poirier, saule, érable, cerisier, aubépine) ce qui traduit une très faible biodiversité. De juillet à août, suite à la présence de sites de plantations créés par les partenaires de Beeodiversity, les échantillons atestaient la présence de 93 espèces provenant de 51 familles végétales, ce qui implique une diversité satisfaisante.

http://www.beeodiversity.com/fr/

L.C. / Source : Vlan.be

R.

Commentaires

Encore 5 caractères avant de poster
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
0 commentaire(s)