Jeff Danès, le mec sympade l’émission The Voice Belgique

VLAN  mercredi 24 janvier 2018 Vlan

TOURNAI – PERSONNALITÉ | La dernière recrue à avoir fait sensation sur le plateau de The Voice est originaire de Tournai. Sa vidéo a fait le buzz et, depuis le 5 janvier dernier, son nom agite la toile. Rencontre avec Jeff Danès, le pianiste qui a retourné la tête des quatre membres du jury.

Timbre de voix particulier, talent indiscutable derrière le clavier, chevelure en bataille et bras tatoués, Jeff Danès, malgré la modestie dont il fait preuve, ne passe plus inaperçu depuis quelques jours. «Depuis mon passage dans l’émission, beaucoup de choses ont changé», confie-t-il, un brin amusé.«Les gens m’interpellent dans la rue, viennent me parler, veulent prendre la pose le temps d’une photo, c’est assez dingue! Je ne m’attendais pas à un engouement aussi rapide!»

Tout pour la musique

À l’âge de 5 ans, il fréquente le Conservatoire de Tournai et y suit les cours d’éveil musical. Très rapidement, les aptitudes de Jeff sont repérées et vers l’âge de 13 ans, il participe à ses premiers concours.

Après des études secondaires au Collège Notre-Dame de la Tombe, à Kain, Jeff intègre le Conservatoire Royal et s’oriente vers la musique classique. «À l’époque, je faisais du piano à raison de 12 heures par jour. Les professeurs voyaient en moi un aspirant au concours Reine Elisabeth, mais brusquement, j’ai décidé de me tourner vers un autre type de musique», explique le virtuose de 36 ans qui intègre le jazz et des influences rock à son répertoire.

Il s’accorde aussi avec Jimi Hope et, ensemble, ils enchaînent les dates en France, dans les pays limitrophes, les pays de l’Est ainsi qu’en Afrique. «On a énormément tourné à cette époque et j’ai ressenti le besoin de me couper de la musique. Je suis donc allé m’installer à Tahiti pendant un an. Mais trois mois après mon arrivée, le piano m’a rattrapé. Je me suis alors produit au bar du célèbre hôtel Le Rétro, dans lequel Joe Dassin a perdu la vie. Moi qui espérais faire un break, j’ai joué encore plus que d’habitude!»

De retour en Belgique, il devient professeur de musique, officie au sein du groupe Dirty Martini et intègre finalement le très prisé casting de The Voice. «Dès la première audition, le jury a accroché. Lors de l’épreuve télévisée, je m’étais conditionné à ne pas lever la tête si j’entendais buzzer».

Immergé dans son exercice, Jeff n’entend pas les trois buzz qui emboîtent le pas à celui du leader du groupe Puggy. La surprise est donc totale lorsqu’il aperçoit l’ensemble du jury tourné vers lui. «Bien sûr, j’étais ravi, et j’étais aussi d’accord avec les propos de BJ-Scott (avec qui il a décidé de travailler ndlr), il est très difficile de percer dans ce milieu, je vais donc saisir cette opportunité à pleines mains».

Sans stress, ni pression

«Je me suis déjà produit de nombreuses fois sur scène, j’ai joué dans des salles d’envergure comme Forest National. Ces expériences m’ont appris à gérer le stress, la pression. De plus, j’ai une âme de concouriste. Je suis pleinement conscient de la manière dont cette compétition a changé ma vie. J’y vais donc dans une optique détendue et je ne perds pas de vue mon objectif premier: finir et produire mon album, sur lequel je travaille déjà depuis un moment», conclut le musicien qui a le tournaisis comme supporter et à qui on ne peut que souhaiter de brandir prochainement le micro, l’emblème de la victoire.

Emmeline Beirnaert

Vlan

Donner mon avis

Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de CityPlug.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profil.
Afficher plus de commentaires

Commerces à découvrir