Le culturel vient en aide aux migrants

VLAN  jeudi 7 décembre 2017 Vlan

SOCIAL | Durant tout le mois de novembre, le Studio Thor à Saint-Josse a ouvert ses portes aux migrants pour qu’ils passent la nuit au chaud. En tout, ils sont 450 à avoir pu trouver refuge dans ce lieu culturel. Un acte citoyen qui sonnait comme une évidence pour Thierry Smits, le directeur de cette salle de danse.

« Ce matin quand je suis passé les voir, ils étaient 36 ». Depuis le début du mois de novembre, Thierry Smits, directeur du Studio Thor à Saint-Josse, accueille de nombreux migrants, la nuit, dans ses locaux. « Le hall d’entrée est très grand et il se chauffe facilement. C’est là que nos invités dorment. Il y a une petite cuisine, une machine à laver… Ils savent comment ça fonctionne, il n’y a pas besoin de mettre en place une gestion particulière », explique Thierry Smits. Les employés et les compagnies ne sont pas dérangés dans leur travail: la salle de répétition se trouve à l’arrière et les bureaux à l’étage.

450 migrants accueillis

Pour tout le mois de novembre, le studio a accueilli environ 450 personnes. La plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés ainsi que l’ASBL Deux euros cinquante ont joué un rôle important. « Au début, il n’y avait qu’une dizaine de réfugiés par nuit. On pouvait gérer le petit-déjeuner. Heureusement, que ces deux organisations ont pris le relais », souligne le directeur. Pour cette structure, c’était tout naturel de loger ces personnes dans le besoin. « Ils n’ont rien. On leur donne juste un peu de réconfort. Une nuit au chaud, c’est déjà énorme pour eux ».

Pas un seul problème

Thierry Smits a rapidement interpellé les autres structures culturelles pour qu’elles en fassent de même. Certaines ont dû refuser. « Je peux comprendre que ce soit difficile pour les théâtres. Il faut gérer les compagnies, puis le public. Si après un spectacle il faut, en plus, aller chercher des migrants au parc Maximilien, cela peut être compliqué», indique-t-il. À l’attention de ceux qui ont peur pour leurs locaux et leur matériel, le directeur du Studio Thor a une réponse: « en un mois, je n’ai pas eu un seul problème. Ces migrants sont pour la plupart des jeunes qui ont traversé des choses horribles. Ils n’ont aucun intérêt à voler quoi ce soit. Ce sont des gens comme vous et moi. L’après-midi, quand je les croise, ils sont tout simplement en train de jouer sur leur smartphone, comme n’importe quel jeune de leur âge ». Le dernier regret de Thierry concerne les autorités. « On fait le boulot des pouvoirs publics, ce n’est pas normal. Notre gouvernement doit prendre ses responsabilités », conclut-il. Un centre d’hébergement doit ouvrir ses portes début décembre à Haren. Il ne pourra accueillir que 80 migrants.

E.F.

Vlan

Donner mon avis

Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de CityPlug.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profil.
Afficher plus de commentaires

Commerces à découvrir