Laurence Kayser où l’amour des mots

VLAN  mardi 17 septembre 2019 Vlan

LA LOUVIÈRE |

Gynécologue au quotidien, artiste accomplie le reste du temps: rencontre avec la Louviéroise Laurence Kayser dont le premier bouquin vient de sortir et fait déjà un sacré tabac.

Si elle n’a jamais souhaité faire des études dans le domaine, Laurence Kayser n’en a pas moins toujours été baignée dans le milieu artistique et, depuis sa plus tendre enfance, elle y a trouvé une partie de son bonheur. «Mes parents sont deux artistes, ils étaient aussi enseignants, et à la maison, c’était peinture, sculpture, gravure… J’ai été élevée dans un milieu créatif et bohême et ça ne pouvait que déteindre sur moi», sourit-elle.

Et pourtant, si elle a rapidement trouvé sa voie, elle s’est aussi distancée des arts que pratiquaient ses parents. «Inconsciemment, oui», confirme-t-elle. «J’ai plus que probablement choisi la musique, sans parce que mes parents n’étaient pas musiciens.»

Violoniste et chanteuse, (elle a d’ailleurs eu la chance et l’honneur de partager, en son temps, la scène avec Maurane «on l’appelait encore Claudie Claude à l’époque et n’avait que 17 ans, mais c’est un fabuleux souvenir»), Laurence a aussi développé, très jeune, une passion pour la lecture: «Balzac, Zola, Vian… tous les grands auteurs, j’adorais lire et j’écrivais aussi pas mal, je me souviens notamment que je faisais des dissertations pour mes copains de classe, en essayant, déjà à l’époque; de me mettre dans la peau des autres pour les rédiger.»

Pourtant, la plume a petit à petitlaissé la place, au fil de longues études (sept ans de médecine, cinq ans de spécialisation) et au fil des événements de la vie, tout simplement. Mais la flamme, elle, était toujours bien présent. Et les écrits sont revenus. «J’avais besoin de m’évader et c’est en écrivant que j’ai pu le faire.»

Et c’est comme ça qu’est née Morganza, l’héroïne d’un roman de plus de 1500 pages, à l’origine, et finalement réduit à un tome 1, sorti en décembre dernier. Un roman catalogué «Fantaisie» mais que l’auteure a, elle-même, bien du mal à classer. «C’est avant tout un univers, le mien, très vivant, prenant, ça bouge beaucoup. J’aime surprendre le lecteur et je pense que même des lecteurs qui ne sont pas trop fantaisie peuvent y trouver leur bonheur», sourit-elle.

P.G.

Vlan

Donner mon avis

Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de CityPlug.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profil.
Afficher plus de commentaires

Commerces à découvrir